EXPOSITIONS – MAI 2015

LEE WADELL , photographe // Poésies éphémères

– Vernissage JEUDI 07 MAI à partir de 19h –

www.crowsfeetdreams.com

GreyStreetChristLEEWADDELL2011

Lee Waddell est né en 1946 dans l’ouest de l’état de Colorado, a grandi toujours rêveur devant la vue, journalière et lointaine, du jeu des lumières du couchant sur les magnifiques Montagnes Rocheuses.

Vers l’âge de seize ans, et sous l’influence des enseignants, il découvre son amour naturel pour l’image poétique comme exprimée dans les œuvres littéraires. Il lit avec avidité les essais de Ralph Waldo Emerson et prend au sérieux les conseils de celui-ci considérant l’importance de cultiver un esprit ouvert à l’expérience transcendantale.Selon le philosophe, on ne peut pas forcer la révélation des scènes de beauté, mais on peut se maintenir dans une attitude prête à les percevoir, et d’en être ému quand elles se manifestent, comme par miracle.

Adolescent dans un petit village montagnard et assez isolé, il a la chance d’apprendre le français entre les mains d’un professeur éperdument francophile. Et il commence à lire les poésies et les romans des auteurs de la période romantique. Tout spécialement les poèmes dites <>, de Victor Hugo.

X_IMG_5085_LEEWADDELL

En 1967 il quitte son village natal pour faire des études majeures en langue et littérature françaises, à l’Université de Californie à Berkeley. Ayant reçu son diplôme Bachelor of Arts en 1970, l’Université de Rochester à New York lui donne une bourse pour aller à Paris, y faire un diplôme de maîtrise en littérature française, sous la direction du chef du néoclassicisme, Raymond Picard.

A son retour aux États Unis, il rencontre les désavantages de la grande crise économique des années 1970. Le département national d’éducation avait reclassé l’étude de la littérature et des langues étrangères. Désormais ces études seraient abandonnées en faveur des sujets plus pratiques. Et faute de chômage, il migre en Australie où il se lance dans une carrière de production audiovisuelle.

Toutefois il a gardé son grand intérêt pour la poésie et la possibilité de voir avec sensibilité. Et durant ses moments privés, il a cultivé l’habitude de porter toujours son appareil photographique. Au cours des quarante ans passés, à l’instar de ses premières influences littéraires, il a capté l’image des moments poétiques qui, par hasard, se sont présentés à sa vue.

ClairDeLuneLEEWADDELL

Les photographies dans cette exposition sont choisies de parmi les souvenirs de ces moments.

__________________________

CHRISTOPHE CHASSAGNON, peintre // Projection entre Ciel et Terre

– Vernissage JEUDI 28 MAI à partir de 19h –

3 planétes

 Christophe Chassagnon, 23 ans est étudiant Licence d’Arts Plastique à Paris 1 en préparation d’un Master.

Ses techniques sont dans l’ensemble basées sur l’expression extérieure d’une force intérieure.

 » Je propose une vision de l’astrophysique avec des moyens plastiques.

Le thème central est l’Univers avec ses différentes formes qui le composent.

Ce qui m’attire, c’est la Nature du monde au sens large, l’infiniment grand et sa cosmologie. Dans mes projets, j’ai travaillé sur l’ambiguïté, entre l’abstraction géométrique et la figuration des planètes, des astres et aussi des trous noirs.

Spirale Arc en ciel (2)

Pour cela j’ai utilisé la radicalisation de la forme circulaire.

On peut voir la répétition de ces formes, ce qui donne un dynamisme à mes séries. De plus, les formes circulaires me permettent de faire émerger des lignes et des spirales. Cela évoque des compositions d’art abstrait.

Par rapport au format dans l’évolution de mes projets, j’ai agrandi et varié le sens de mon espace de création pour utiliser au maximum les limites de cette espace en construisant des hors champs. Mes créations sont à la base des images spatiales.

L’impression que mon corps se balade dans un autre monde. Comme si je voyais le monde de l’extérieure, une sorte de vision extra-terre. Je vois d’autres planètes ainsi qu’un autre système. Mon esprit est attiré par des émotions des autres. C’est comme être dans l’espace sans corps. Dans toutes ces toiles, il n’y a pas de trace d’humanité.

Composition planètes

 Dripping (3)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s